Forum de philosophie d'Aix-Marseille

Forum de philosophie
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ateliers de réflexion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 04/06/2006

MessageSujet: Ateliers de réflexion   Ven 30 Juin - 17:10

Je mets ici en ligne le texte que m'a adressé notre collègue Joël Martine à propos d'un projet de réflexion sur la mise en oeuvre du nouveau programme des séries technologiques. N'hésitez pas à réagir ici à ce message et à poser toutes les questions que vous souhaitez sur ce sujet:

--------------------------------------------------
Bonjour !
Seriez-vous intéressé(e) à participer, à la rentrée 2006, à ce qu'on pourrait appeler un atelier de réflexion et d'échange de pratiques (deux ou trois réunions) sur le thème suivant :

COMMENT ABORDER AVEC LES ELEVES LE NOUVEAU PROGRAMME DE PHILOSOPHIE EN SECTION TECHNOLOGIQUE ?


Vous trouverez ci-dessous ainsi qu'en pièce jointe une présentation, que j'ai rédigée, de ce qui pourrait être discuté dans ledit « atelier ». L'idée en est venue à quelques collègues lors du stage sur le nouveau programme, stage fort stimulant de l'avis général, qui s'est tenu le 20 mars 2006 à Aix-en-Provence, animé, pour l'Inspection, par MM. CHATEAU et JUNG, et côté professeurs par MM. BIAGGI et BONAN. J'ai transmis le projet ci-dessous en avril à Ronald Bonan, qui l'a transmis à M. Jung, qui a répondu de la façon suivante :

"(... ) 1° rien n'interdit à un ou plusieurs professeurs de réfléchir hors cadre institutionnel à tel ou tel aspect de l'enseignement de la philosophie ;
2° je peux envisager une réunion informelle de professeurs intéressés dans le courant de l'année prochaine, éventuellement avec le concours de la cellule innovation, qui compte actuellement un philosophe, et voir si un dispositif pourrait être créé. (...)"

Si ce projet vous intéresse, je vous propose la démarche suivante :

1.vous répondez par courriel (procédure « répondre à tous ») ou vous me téléphonez, en précisant vos coordonnées, votre avis sur le projet, ainsi qu'un thème sur lequel vous pourriez lors de la première réunion faire soit une courte présentation orale, soit une contribution écrite plus fournie et qui pourrait circuler à l'avance par courriel. Ce thème peut être un exemple de cours ou d'exercice, ou l'analyse d'une difficulté que nous rencontrons, ou tout simplement l'expression d'une perplexité.

(Joël MARTINE, professeur de philosophie au Lycée Victor Hugo, Marseille
Téléphone personnel : 04 91 92 61 77)

2.les personnes qui auront répondu se verront à la rentrée pour préciser le projet, concrètement le contenu de la première réunion et les modalités d'invitation des collègues, choses sur lesquelles nous prendrons également l'avis de M. Jung.

Donc j'attends votre réponse.


Cordialement,

J.M.

-------------------





COMMENT ABORDER AVEC LES ELEVES LE NOUVEAU PROGRAMME DE PHILOSOPHIE EN SECTION TECHNOLOGIQUE ?

Projet d'un atelier de réflexion et d'échange de pratiques



Suite au stage sur ce nouveau programme qui s'est tenu le 20 mars 2006 à Aix-en-Provence, stage fort stimulant de l'avis général, plusieurs professeurs ont émis le souhait de se réunir pour confronter leurs pratiques dans la perspective de l'entrée en application du programme à la rentrée 2006. Dans ce papier, j'essaie de formuler les questions qui pourraient nous guider pour échanger utilement sur nos pratiques.



Il s'agit de réfléchir aux médiations par lesquelles nous pouvons amener nos élèves à une réflexion philosophique dans le cadre des notions du programme, et les préparer aux épreuves de l'examen. Cette réflexion serait guidée par le souci d'expliciter nos objectifs, nos pratiques et nos difficultés :

- Quels problèmes philosophiques envisageons-nous que les élèves pourront formuler en rapport avec les notions du programme à la suite d'une année d'enseignement ?

- Quelles connaissances souhaitons-nous qu'ils acquièrent ?

- Comment amener les élèves au questionnement philosophique ? Par où commencer ? Les élèves ont des connaissances et des savoir-faire intellectuels et culturels qui leur sont propres, acquis à l'école et dans la vie sociale ; ils ont aussi des lacunes. Ils ont des moyens et un « capital culturel » souvent éloignés de ce qui est requis pour le travail scolaire. Comment prendre appui sur leurs acquis en les valorisant, et combler ou compenser leurs lacunes ? Ils ont des centres d'intérêt qui tiennent à leur situation biographique (l'adolescence), sociale, et scolaire (préparation de l'examen, perspectives professionnelles). Comment répondre à ce vécu mais aussi savoir s'inscrire en contraste vis-à-vis de lui ?

- Quelles sont au juste les difficultés de l'enseignement dans les sections technologiques (sachant qu'il s'agit souvent des mêmes difficultés, mais grossies, que celles rencontrées dans d'autres sections) ? Quels moyens pouvons-nous trouver pour leur porter remède ? De quelle (auto)formation avons-nous besoin ?



Pour répondre à ces questions, nous avons non seulement droit à la liberté pédagogique, mais nous avons le devoir de la mettre en ouvre.



Pour introduire la discussion, quelques-uns d'entre nous présenteront un aperçu de ce qu'ils font ou voudraient faire, avec des exemples concrets et le repérage de difficultés, sur

- L'insertion, ou pas, du professeur de philosophie dans l'équipe des professeurs de la classe, pour le suivi de la progression des élèves, la mise en interaction de leurs connaissances dans les différentes matières.

- L'éveil de la réflexion des élèves sur des thèmes qui les intéressent, qui les amènent à problématiser, à définir des concepts, à mettre en réseau les notions du programme. Un exemple : faire écrire les élèves sur des situations d'injustice qu'ils ont vécues, et les amener à expliciter des critères du juste et de l'injuste, permet de formuler des problèmes en rapport avec les notions de justice, loi, échanges, liberté. On peut aussi partir d'une vidéo, ou, le cas échéant, d'une nouvelle ou autre texte littéraire qu'ils ont vu en première. Un autre exemple, très différent : partir d'un texte abstrait (Descartes présentant le doute méthodique), le rendre lisible (en le découpant en versets, en donnant des synonymes, etc.), le rendre signifiant pour les élèves (par des exemples tirés de ce qu'ils apprennent dans d'autres cours et dans la vie courante), enfin formuler des problèmes en montrant qu'ils se rattachent aux notions de vérité, raison, croyance, mais aussi liberté.

- La conduite d'une leçon à partir d'une question, avec un méta-discours montrant aux élèves comment ils peuvent prendre cette leçon comme modèle des cheminements qu'ils doivent construire eux-mêmes lors des dissertations. Par exemple on peut choisir (mais la progression dans l'année peut motiver un choix différent) d'aborder les notions technique, échanges, justice, bonheur à partir d'une leçon sur la question « En quoi le travail est-il un moyen de liberté ? », et faire seulement ensuite, en complément, une leçon sur « La technique, 1)définition d'un concept, 2) explicitation des problèmes qu'induit cette définition ».

- La prise de note et la tenue du cahier : quelles traces écrites souhaitons-nous que les élèves gardent ? Quelle est, dans nos cours, la part de la parole vive et de la dictée ?

- Le maniement des niveaux de langage. Par exemple, les élèves ignorent le rapport étymologique entre le mot évidence et l'idée de vision, mais on peut facilement leur expliquer puisqu'ils connaissent le mot vidéo, et l'expression « ça saute aux yeux » ; encore faut-il prendre conscience de l'écart entre l'usage courant et l'usage philosophique des mots, sinon ils prendront par exemple le mot évident au sens de facile, automatique, irréfléchi. Apprendre à traduire du langage courant au langage académique est une condition pour apprendre à franchir (en en prenant conscience) la distance sociale entre la culture quotidienne et la culture instruite. Par exemple nos élèves peuvent comprendre que dans la vie sociale selon Rousseau nous sommes les esclaves du paraître, mais ils s'approprieront mieux cette idée en sachant qu'on peut l'exprimer par « on est toujours en train de frimer, on se la joue ».

- Des exercices pratiques, notamment des consignes d'écriture détaillant différentes compétences à acquérir. Par exemple : formuler et reformuler une question, envisager méthodiquement le contraire d'une thèse, écrire le plan en marge d'une dissertation, etc. Des procédés pédagogiques aidant les élèves à surmonter leurs difficultés et à prendre conscience de leur capacité à poser des problèmes philosophiques. Par exemple, faire réécrire à un élève une partie d'une dissertation, après lui avoir expliqué en quoi ce qu'il a écrit n'est pas satisfaisant, ou à l'inverse en quoi cela ouvre un chemin dans lequel il devrait s'engager plus avant.

- L'entraide entre les élèves, occasion d'explicitation de leurs acquis. Par exemple, on peut choisir deux textes défendant des thèses différentes sur un même sujet, faire travailler chaque demi-classe sur l'un des deux textes, puis, en groupes de deux ou quatre les faire s'expliquer mutuellement ce qu'ils ont compris et rédiger un état du débat.

- La progression sur l'année : quels objectifs, quelle part de planification et de «pilotage à vue».



Il va de soi que ce relevé de questions ne propose pas un cadre, mais plutôt quelques entrées possibles dans la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://appep-aixmarseille.forumpro.fr
 
Ateliers de réflexion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur la prière
» Réflexion sur les icônes pour nos pages d'icônes
» Une petite réflexion de l'Avent avec coeurtendre...
» Réflexion: un monde sans TV!
» Réflexion sur l'attachement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de philosophie d'Aix-Marseille :: Entrée du forum-
Sauter vers: